bédoin

21 mai 2007

Langue de quoi ?

flutebecCe qu’il y a de neuf avec Bayrou, c’est que la langue de bois vient de subir une importante défaite. Qu'on les ait crues ou pas, l'homme du Béarn a dit des choses. Curieusement, ses (nouveaux) fidèles, en répétant trop consciencieusement ses paroles ("Il faut un contre-pouvoir à l'hégémonie UMP") retrouvent instantanément les accents "boisés" dont ils sont pourtant  les pourfendeurs affirmés, et sans doute convaincus. La seule répétition d'un propos, fût-il révolutionnaire, condamne-t-elle à la posture ? Il faut souhaiter que non, mais alors comment est-ce qu'on "s'approprie" le discours d'un autre ?
Peut-être en ne cherchant pas à le faire. C'est là qu'il serait intéressant de définir ce qu'est l'inverse de la langue de bois. Le "franc-parler" ne suffit pas. Il me rappelle Bernard Tapie et j'ai du mal à le croire. La langue de feu ? La sincérité ? Personnellement, j'aime bien le bois et j'ai du mal à lui trouver un contrepoint positif. Une "langue de fer" n'aurait rien d'engageant. Pas plus qu'une "langue de plastique". Quelque chose de plus flexible alors... une "langue de caoutchouc", une "langue de roseau" ? Bof. Quelle idée pour évoquer la souplesse et la vigueur d'une langue où les mots prononcés comptent ? La « langue » peut-être, tout simplement. Mais on s'ennuie. Et on ne s'ennuie pas avec cette langue-là. Reste la piste de la Vérité et de l'Authenticité, mais où est la métaphore? "Langue de bois", l'expression est bien trouvée tout de même. Il y a un bon topo sur ses origines ici. On y évoque la "langue du coeur". Drôlement galvaudé, ça aussi. Alors est-ce qu'une "langue forte" pourrait donner le change ? J'aime bien l'opposition avec "langue morte" mais le message est un peu lourdingue. Une "langue orange" peut-être ? Mais ce n'est pas bon pour la santé... J'en suis là. Je suis sûr que vous avez mieux.
(photo Joueur de flûte, Jean-Luc Matte)

Posté par katelan à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]